Gaston

Français

BD occasion

BD occasion, Frere Pardon : Les eaux de Theodeus

Frere Pardon - 1
Goulven , Joffrain
Soleil

BD OCCASION. Album cartonné, 48 pages, impression couleur.

7,99 €

Ce produit vous rapporte 8 point(s) fidélité. 8 points = 0,08 €.

En stock
Expédié sous 48h

Caractéristiques

Les eaux de Theodeus 32 cm

12,90 €

23 x 1 x 32 cm 550 g

sol-alfrepar1

occasion

BD occasion, Frere Pardon : Les eaux de Theodeus © Soleil / Joffrain - Goulven

ZOOM

Description

Quatre lascars terrorisés chevauchent de curieuses montures, fuyant quelque effrayante menace. Dans une poudroiement de mauvaise augure, leur poursuivant apparaît. Son nom ? Frère Pardon. A peine apparu, et sans qu'aucun mot ne soit dit, le carnage commence. La suite tient de là. On ne peut cependant pas réduire la lecture de cet album insolite aux scènes de massacres et de décapitations en tous genres qui pourtant, abondent, et qu'annonce très bien un dos de couverture à l'image et à la préface très explicites. Ce qui fait l'intérêt de Frère Pardon, au-delà des tueries et des injustices qui y sont monnaie courante, c'est d'abord la solide tranche d'humour noir, assaisonnée par des auteurs inventifs à la plume audacieuse. Le personnage principal, parfait prototype de l'antihéros, incarne une sorte de perfection tant il est repoussant et antipathique. Et d'est justement ce trait de caractère qui fait toute la saveur d'un livre par lequel on est d'abord rebuté, et qui demande une seconde lecture (afin d'adopter le filtre approprié à la compréhension de l'oeuvre). On éprouve en effet une sorte de réjouissance à l'évocation de cet abominable personnage aux manières cocasses, qui représente dans son exagérante et difforme musculature l'accomplissement de l'anti-héros. Les auteurs prêtent d'ailleurs à ce rustre ignare et imbu de niaise bigoterie un délicieux parler moyenâgeux. La langue courtoise de la littérature médiévale est très bien rendue et souvent utilisée dans des contextes qui la rendent hilarante.Quatre lascars terrorisés chevauchent de curieuses montures, fuyant quelque effrayante menace. Dans une poudroiement de mauvaise augure, leur poursuivant apparaît. Son nom ? Frère Pardon. A peine apparu, et sans qu'aucun mot ne soit dit, le carnage commence. La suite tient de là. On ne peut cependant pas réduire la lecture de cet album insolite aux scènes de massacres et de décapitations en tous genres qui pourtant, abondent, et qu'annonce très bien un dos de couverture à l'image et à la préface très explicites. Ce qui fait l'intérêt de Frère Pardon, au-delà des tueries et des injustices qui y sont monnaie courante, c'est d'abord la solide tranche d'humour noir, assaisonnée par des auteurs inventifs à la plume audacieuse. Le personnage principal, parfait prototype de l'antihéros, incarne une sorte de perfection tant il est repoussant et antipathique. Et d'est justement ce trait de caractère qui fait toute la saveur d'un livre par lequel on est d'abord rebuté, et qui demande une seconde lecture (afin d'adopter le filtre approprié à la compréhension de l'oeuvre). On éprouve en effet une sorte de réjouissance à l'évocation de cet abominable personnage aux manières cocasses, qui représente dans son exagérante et difforme musculature l'accomplissement de l'anti-héros. Les auteurs prêtent d'ailleurs à ce rustre ignare et imbu de niaise bigoterie un délicieux parler moyenâgeux. La langue courtoise de la littérature médiévale est très bien rendue et souvent utilisée dans des contextes qui la rendent hilarante.Quatre lascars terrorisés chevauchent de curieuses montures, fuyant quelque effrayante menace. Dans une poudroiement de mauvaise augure, leur poursuivant apparaît. Son nom ? Frère Pardon. A peine apparu, et sans qu'aucun mot ne soit dit, le carnage commence. La suite tient de là. On ne peut cependant pas réduire la lecture de cet album insolite aux scènes de massacres et de décapitations en tous genres qui pourtant, abondent, et qu'annonce très bien un dos de couverture à l'image et à la préface très explicites. Ce qui fait l'intérêt de Frère Pardon, au-delà des tueries et des injustices qui y sont monnaie courante, c'est d'abord la solide tranche d'humour noir, assaisonnée par des auteurs inventifs à la plume audacieuse. Le personnage principal, parfait prototype de l'antihéros, incarne une sorte de perfection tant il est repoussant et antipathique. Et d'est justement ce trait de caractère qui fait toute la saveur d'un livre par lequel on est d'abord rebuté, et qui demande une seconde lecture (afin d'adopter le filtre approprié à la compréhension de l'oeuvre). On éprouve en effet une sorte de réjouissance à l'évocation de cet abominable personnage aux manières cocasses, qui représente dans son exagérante et difforme musculature l'accomplissement de l'anti-héros. Les auteurs prêtent d'ailleurs à ce rustre ignare et imbu de niaise bigoterie un délicieux parler moyenâgeux. La langue courtoise de la littérature médiévale est très bien rendue et souvent utilisée dans des contextes qui la rendent hilarante.Quatre lascars terrorisés chevauchent de curieuses montures, fuyant quelque effrayante menace. Dans une poudroiement de mauvaise augure, leur poursuivant apparaît. Son nom ? Frère Pardon. A peine apparu, et sans qu'aucun mot ne soit dit, le carnage commence. La suite tient de là. On ne peut cependant pas réduire la lecture de cet album insolite aux scènes de massacres et de décapitations en tous genres qui pourtant, abondent, et qu'annonce très bien un dos de couverture à l'image et à la préface très explicites. Ce qui fait l'intérêt de Frère Pardon, au-delà des tueries et des injustices qui y sont monnaie courante, c'est d'abord la solide tranche d'humour noir, assaisonnée par des auteurs inventifs à la plume audacieuse. Le personnage principal, parfait prototype de l'antihéros, incarne une sorte de perfection tant il est repoussant et antipathique. Et d'est justement ce trait de caractère qui fait toute la saveur d'un livre par lequel on est d'abord rebuté, et qui demande une seconde lecture (afin d'adopter le filtre approprié à la compréhension de l'oeuvre). On éprouve en effet une sorte de réjouissance à l'évocation de cet abominable personnage aux manières cocasses, qui représente dans son exagérante et difforme musculature l'accomplissement de l'anti-héros. Les auteurs prêtent d'ailleurs à ce rustre ignare et imbu de niaise bigoterie un délicieux parler moyenâgeux. La langue courtoise de la littérature médiévale est très bien rendue et souvent utilisée dans des contextes qui la rendent hilarante.Quatre lascars terrorisés chevauchent de curieuses montures, fuyant quelque effrayante menace. Dans une poudroiement de mauvaise augure, leur poursuivant apparaît. Son nom ? Frère Pardon. A peine apparu, et sans qu'aucun mot ne soit dit, le carnage commence. La suite tient de là. On ne peut cependant pas réduire la lecture de cet album insolite aux scènes de massacres et de décapitations en tous genres qui pourtant, abondent, et qu'annonce très bien un dos de couverture à l'image et à la préface très explicites. Ce qui fait l'intérêt de Frère Pardon, au-delà des tueries et des injustices qui y sont monnaie courante, c'est d'abord la solide tranche d'humour noir, assaisonnée par des auteurs inventifs à la plume audacieuse. Le personnage principal, parfait prototype de l'antihéros, incarne une sorte de perfection tant il est repoussant et antipathique. Et d'est justement ce trait de caractère qui fait toute la saveur d'un livre par lequel on est d'abord rebuté, et qui demande une seconde lecture (afin d'adopter le filtre approprié à la compréhension de l'oeuvre). On éprouve en effet une sorte de réjouissance à l'évocation de cet abominable personnage aux manières cocasses, qui représente dans son exagérante et difforme musculature l'accomplissement de l'anti-héros. Les auteurs prêtent d'ailleurs à ce rustre ignare et imbu de niaise bigoterie un délicieux parler moyenâgeux. La langue courtoise de la littérature médiévale est très bien rendue et souvent utilisée dans des contextes qui la rendent hilarante.

Dans la même série / même auteur